Bilan 2015-2016: Les obstacles dans la formation des enseignants.

 

 

La reproduction des inégalités sociales

 

 

 

Voici des éléments tirés de l'observation de la formation des professeurs.

 

Les enseignants se trouvent pour l'essentiel dans la situation d'être des agents d’État de la reproduction des inégalités sociales.

 

Qu'est-ce qui fait obstacle à ce que les enseignants puissent aller dans leurs pratiques à l'encontre de cette logique de reproduction scolaire des inégalités sociales ?

 

- Le cadrage instruit :

 

Les étudiants enseignants stagiaires n'ont pas nécessairement construit durant leur scolarité un cadrage instruit qui leur permette de donner sens aux connaissances vues durant leur formation et de produire pour les élèves un cadrage instruit qui leur permette de rentrer dans un rapport scriptural au savoir.

 

Exemple :

 

Nombre d'enseignants pensent que pour donner du sens aux mathématiques à des élèves, il faut leur dire que les mathématiques vont leur servir dans la vie de tous les jours.

 

De ce fait, il ne construisent pas auprès de leurs élèves un rapport intellectuel au monde qui permettrait aux élèves de rentrer dans une compréhension lettrée des mathématiques.

 

Il en va autrement des étudiants qui sont capables de montrer, par exemple, en quoi les mathématiques permettent de comprendre le monde et en quoi la nature peut être analysée dans un langage mathématique (par exemple le principe de symétrie).

 

- L'enseignement explicite des stratégies d'apprentissage :

 

Les enseignants peuvent avoir des difficultés à enseigner explicitement aux élèves les stratégies d'apprentissage expertes. En effet, ils ne les connaissent pas nécessairement soit parce qu'il les utilisent de manière non-conscientes, soit parce qu'ils ont développés des stratégies d'apprentissage superficielles.

 

Ces stratégies expertes comprennent des stratégies :

- de cadrage : qui donnent sens à l'information

- d'élaboration et d'organisation : rattacher à des informations antérieures, organiser l'information.

- motivationnelles : avoir des buts de maîtrise qui se situent au-delà des objectifs scolaires d'apprentissage.

 

- Le niveau de culture générale et le rapport à la lecture :

 

L'éloignement de bon nombre d'étudiants de la culture générale savante, au profit d'une culture générale masse médiatique, se traduit par un manque de confiance des étudiants à pouvoir répondre aux questions de leurs élèves.

 

Il favorisent de ce fait un type de contrôle de la parole en s'abritant derrière la gestion de la classe et le programme qui leur permet de ne pas avoir à faire face aux questions ouvertes des élèves.

 

Il leur est en particulier difficile d'apporter aux élèves une connaissance critique du monde s'appuyant sur des apports issus des savoirs scientifiques.

 

Le moyen le plus efficace pour acquérir une culture générale savante est la lecture. Certains étudiants en font une question de goût comme si la lecture était un plaisir et une finalité en soi. C'est ce que l'on apprend pas la lecture qui est la finalité. Si on pouvait apprendre de manière aussi efficace avec une autre méthode, on l'utiliserait.

 

Ainsi, nombre d'étudiants ont eu même une pratique de lecture personnelle faible.

 

Or, l'éloignement d'un certain nombre enseignants des milieux populaires ne leur permet pas de percevoir que la lecture personnelle est le moyen pour les élèves de milieux populaires de compenser la pédagogisation du temps de loisir par les familles des classes moyennes supérieures.

 

- Un rapport critique et autonome au savoir :

 

Un rapport autonome aux savoirs n'est pas créé par des dispositifs pédagogiques (de type situation-problème et démarches socioconstructivistes), mais par une certaine activité mentale cognitive.

 

Un apprenant autonome est capable de poser les questions à l'enseignant pour élargir son champ de connaissance et trouver des réponses à des problèmes qu'ils se posent.

 

Il est capable pendant un discours magistral d'avoir une activité d'écoute active et critique :

- construction de sens, stratégie d'organisation des informations, dégager des enjeux,

- comparaison de l'information à d'autres information en mémoire et possible formulation d'objection à l'enseignant

- production d'inférence visant à produire de nouvelles idées et à les confronter à l'enseignant et au groupe classe.

 

Exemple de difficultés :

- les étudiants n'osent pas prendre de la parole par crainte du jugement du groupe

- les étudiants n'ont pas de question à poser car ils ont pris l'habitude d'être dans une attitude passive.

- les étudiants ont du mal à formuler les controverses qui se posent relativement à un sujet.

 

Pourquoi les enseignants stagiaires n'ont pas construit ce rapport critique et autonome aux savoirs ?

 

Durant leur scolarité et leurs études, ils ont construit un rapport au savoir qui consistait à restituer le cours ou à se demander ce que l'enseignant pouvait attendre d'eux pour avoir une bonne note. Ils ont intériorisé un curriculum caché qu'ils reproduisent auprès de leurs élèves.

 

Conclusion :

 

Les enseignants contribuent à reproduire les inégalités sociales pour plusieurs raisons qui tiennent à leur éloignement social des classes populaires et à leur méconnaissance de l'enseignement explicite des stratégies d'apprentissage.

 

L'école devrait produire un rapport critique et émancipé : un rapport autonome aux savoirs. Mais les enseignants ont eux-mêmes intériorisé un rapport scolaire au savoir qui leur a suffit pour être de bons élèves, mais ne peut suffire pour produire un apprenant autonome.

 

Leur manque de connaissance des savoirs savants critiques constitue une marque de cette absence d'autonomie que produit et reproduit le système scolaire.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Partagez votre site

Site Internet Socio-philo

 

Animé par Irène Pereira

 

PESPE en philosophie

ESPE de l'Université de Paris-EST

 

Docteure HDR en sociologie

 

Chercheuse associée au laboratoire

Lettres, Idées, Savoirs (LIS)

Université de Créteil.

 

Chercheuse associée 

au laboratoire Dynamiques européennes

(Université de Strasbourg)

 

Qualifiée professeur des Universités en sociologie (19)

 

Qualifiée MCF en philosophie (17), science politique (04) et sociologie (19).