Devoir d'éthique professionnelle

Consignes

 

Devoir d'une page minimum.

 

Nature du devoir: devoir de socio-ethique. Cette approche en ethique consiste à mettre en lien les questions d'ethique professionnelle avec les conditions sociologiques d'exercice du métier.

(voir: compétence n°6 du référentiel de compétence des enseignants).

 

La pédagogie articule des choix de finalités éthiques (appuyés sur des valeurs) et des moyens (appuyés sur des travaux issues de la recherche).

 

Objectifs de formation:

a) apprendre à analyser sociologiquement le contexte d'exercice du métier

b) apprendre à repérer les problèmes éthiques et à raisonner de manière éthique dans le cadre juridique en vigueur

c) apprendre à utiliser les connaissances issues de la recherche pour répondre à un problème professionnel. 

 

(Vous laisserez les consignes apparentes)

 

- 1) Cas pratique: Vous choisirez une situation-problème professionnelle que vous avez vécue et qui vous semble impliquer une réflexion éthique.  

 

- 2) Vous formulerez le problème professionnel qui s'est posé à vous sous la forme d'un dilemme éthique (formulation de deux options opposées qui semblent également justes)

 

- 3) Vous analyserez les dimensions sociologiques de la situation professionnelle (en vous référant à la sociologie de l'éducation (concernant: les inégalités sociales, le genre...) en citant des travaux sociologiques précis). (Voir le site: http://pedagogie-antidiscrimination.fr/)

 

- 4) Vous rappellerez le cadre juridique et les textes institutionnels

 

-5)  Vous ferez une analyse de la situation sur le plan éthique (en vous appuyant sur des références en philosophie et éthique de l'éducation vous clarifierez le débat ethique (conceptions en opposition et conséquences)) (Voir Les principaux courants de l'éthique en éducation).

 

- 6) Vous justifierez éthiquement votre choix à partir de ce qui précède

 

- 7) vous  proposerez des pistes d'intervention didactique en accord avec votre choix pédagogique pour faire face à cette situation  (en vous appuyant sur des pratiques issues des recommandations de la recherche scientifique - n'oubliez pas de justifier le caractère scientifique des sources choisies)

 

Si possible :

 

8 - Expérimentation dans la classe des pistes didactiques en lien avec les recommandations de la recherche

 

9- Bilan de l'expérimentation

 

 

 

Exemple de devoir : Sur la différenciation pédagogique

 

 

1- Cas pratique :

L’enseignant-e a dans sa classe des élèves qui ont un niveau différent et également des différences de rythme. Certains finissent beaucoup plus vite que les autres. L’enseignant-e souhaite aider les élèves en difficulté, mais elle ne veut pas non plus délaisser les meilleurs élèves qui doivent progresser. C’est pourquoi l’enseignant-e désire mettre en place une différenciation pédagogique qui doit faire progresser tous les élèves.

 

2 - Problème : Faut-il chercher à différentier en faisant davantage progresser les élèves en difficulté en leur accordant plus de temps ou différencier en visant une progression de tous les élèves ?

 

3- Analyse sociologique :

 

Les étudiant-e-s ont tendance à penser que la différenciation pédagogique est en soi la solution pédagogique à la lutte contre les inégalités scolaires et sociales. Pourtant, la différenciation pédagogique n’est pas en soi une garantie réduction des inégalités scolaires et sociales. C’est ce que montre la notion de « différentiation active » (Rochex, J. Y. "Au cœur de la classe, contrats didactiques différentiels et production d’inégalités." La construction des inégalités scolaires, au cœur des pratiques et dispositifs d’enseignements (2011): 91-110.)

 

La différentiation active peut avoir lieu entre les écoles du centre et les écoles de la périphérie. Les enseignants ont des attentes moins élevées en éducation prioritaire que dans les écoles de centre ville (Van Zanten, Agnès. L'école de la périphérie: scolarité et ségrégation en banlieue. Presses universitaires de France, 2012. )

 

La différentiation active peut également amplifier des inégalités scolaires au sein d’une même classe (Laparra, Marceline, and Claire Margolinas. "Quand les maîtres contribuent à leur insu à renforcer les difficultés des élèves." (2011): 111-130. )

 

Dans le cas des élèves en situation de handicap, les enseignants ont tendance à penser qu’ils sont à l’école avant tout pour se socialiser plutôt que pour apprendre (CNESCO, Rapport sur la situation de handicap - http://www.cnesco.fr/wp-content/uploads/2015/12/rapport_handicap.pdf )

 

 

4- Cadre juridique: 

 

- Le droit administratif garantit l'égalité de tous les usagers devant le service public (principe à valeur constitutionnelle découlant de la DDHC)

 

Code de l'éducation:

 

L’article L 111-1 : « L'éducation est la première priorité nationale. Le service public de l'éducation (...) contribue à l'égalité des chances et à lutter contre les inégalités sociales et territoriales en matière de réussite scolaire et éducative. 

 

- Le programme personnalisé de réussite éducative, prévu à l'article L. 311-3-1, permet de coordonner les actions mises en œuvre lorsqu'il apparaît qu'un élève risque de ne pas maîtriser certaines connaissances et compétences attendues à la fin d'un cycle. Il implique des pratiques pédagogiques diversifiées et différenciées, d'une durée ajustable, suivant une progression accordée à celle de l'élève. L'essentiel de ces actions est conduit au sein de la classe.

 

 

 

5- Réflexion ethique :

 

Cette situation fait surgir un dilemme professionnel concernant le principe d’équité entendu comme égalité géométrique, au sens du philosophe Aristote, c’est-à-dire comme une proportionnalité (Ethique à Nicomaque).

 

- S’agit-il d’accorder à chaque élève selon son niveau la même attention et de leur proposer des exercices qui les fassent progresser de manière égale ? Mais dans ce cas, il n’y a pas de réduction des inégalités sociales par l’école. L’école maintient les inégalités sociales, sans les amplifier, mais elle reproduit les élites sociales.

 

- Ou s’agit-il d’accorder plus de temps aux élèves en difficultés, et donc moins d’attention aux élèves qui ont moins de difficultés ? Il s’agit du principe de différence (John Rawls, Théorie de la justice). Des inégalités sont justes si elles améliorent le sort de ceux qui sont dans la situation sociale la plus désavantagée.

 

- Ainsi F. Galichet distingue  parmi les enseignants entre autres:

« - ceux qui dispensent un enseignement efficace mais inéquitable ( ils améliorent le niveau de tous, mais de certains beaucoup plus que d’autres) (...)

 

- ceux enfin qui dispensent un enseignement efficace et équitable ( ils font monter nettement le niveau de tout le monde , et en outre restreignent les écarts) ».

 

 

(Galichet, François. "Éthique et déontologie de l’enseignement." Responsabilités professionnelles et déontologie. Les limites éthiques de l’efficacité (2002))

 

6- Justification du choix ethique:

 

L’éthique ne permet pas de répondre de manière claire à cette question qui relève en partie de la liberté pédagogique de l’enseignant. La socio-ethique apporte une réponse plus claire à cette question dans la mesure où pour la socio-ethique la lutte contre les inégalités sociales constitue un principe fondamental de l’éthique enseignante.

 

De ce fait, la socio-ethique de l’enseignant applique le principe de différence (Rawls) qui consiste à considérer qu’une différentiation pédagogique est juste seulement si elle améliore le sort des élèves les plus en difficultés.

 

 

7- Pistes d'intervention didactiques en accord avec la recherche:

 

 

Pistes pour la différentiation pédagogique : CNESCO, Différentiation pédagogique- recommandations - https://www.cnesco.fr/fr/differenciation-pedagogique/recommandations/ 

 

Par exemple:

 

- Il s’agit alors de proposer une palette diversifiée de manières d’arriver au résultat, sans pour autant abaisser le niveau des tâches demandées

 

- L’intervention d’un élève tuteur, moins formelle que celle de l’enseignant, est un moyen de répondre aux obstacles rencontrés par un élève tutoré

 

- Le plan de travail : des élèves travaillent en autonomie avec un plan de travail pour consolider leurs apprentissages pendant que l’enseignant peut mener un atelier dirigé auprès de quelques élèves dont il a perçu des difficultés durant la séance collective.

 

 

 

 

Partagez votre site

Site Internet Socio-philo

 

Animé par Irène Pereira

 

PESPE en philosophie

ESPE de l'Université de Paris-EST

 

Docteure HDR en sociologie

 

Chercheuse associée au laboratoire

Lettres, Idées, Savoirs (LIS)

Université de Créteil.

 

 

Qualifiée professeur des Universités en sociologie (19)