Remarques sur l'ethique de l'enseignant

 

Voici des points qui peuvent être mis en avant pour l'épreuve d'oral Connaissance du système éducatif sur l'éthique de l'enseignant :

 

1. L'épreuve vise à recruter un fonctionnaire et un futur enseignant : le candidat doit donc montrer qu'il connaît clairement ce qui relève des obligations attachées à sa fonction et qu'il les distinguent de ses droits de citoyens en dehors de sa fonction.

 

2. Faire preuve de réflexion sur son métier : Il doit être capable de faire preuve de réflexion sur son métier et de capacité de mise en perspective. Il doit ainsi être capable de distinguer ce qui relève : du débat public, des positions officielles de l'éducation nationale, de sa liberté pédagogique. On doit donc percevoir chez l'enseignant un rapport au savoir qui implique un « cadrage instruit » capable de donner un sens aux savoirs étudiés. Il doit être capable d'orienter sa pratique pédagogique en fonction de finalités éducatives axiologiques.

 

3. Ne pas reproduire des préjugés : L'enseignant doit dans ses positionnements ne pas véhiculer des préjugés racistes et sociaux. Mais, il doit également éviter de véhiculer des préjugés qui ne se pas confirmés par la recherche scientifique concernant : les parents de milieux populaires, le redoublement, les notes...

 

4. Faire preuve de volontarisme contre les inégalités sociales : L'enseignant doit être conscient de la reproduction par le système scolaire des inégalités sociales et de l'impact que peuvent avoir les pratiques pédagogiques dans la lutte contre les inégalités sociales. Il doit mettre en œuvre des pratiques pédagogiques qui luttent contre les inégalités sociales (voir Le référentiel de l'éducation prioritaire).

 

5. Faire preuve de volontarisme contre l'échec scolaire : L'enseignant doit être en mesure de repérer des difficultés spécifiques d'un élève et de connaître les dispositifs d'aide spécialisée. En revanche, il est attendu qu'il ne réduise pas le traitement de la difficulté scolaire à la médicalisation de l’échec scolaire. Il doit être volontariste pour apporter des réponses pédagogiques à la difficulté scolaire.

 

6. Former l'esprit critique des élèves : Ce qui est demandé au futur enseignant est de former les élèves à l'esprit critique. Il doit donc être capable lui même d'un esprit critique compatible avec le cadre réglementaire des fonctions qu'il exerce.

 

7. Faire preuve de déontologie et d'engagement professionnel : L'enseignant a une obligation de signalement lorsqu'il sait un élève en danger du fait de négligences et/ou de maltraitance. L'enseignant a une obligation neutralité religieuse et politique, corollaire du principe de laïcité. En revanche, on attend de sa part de l'engagement lorsqu'il s'agit de de lutter contre les discriminations et d'agir pour l'égalité sociale.

 

8. Etre un enseignant innovant : il doit être un enseignant qui se forme tout au long de son existence aux acquis de la recherche, ouvert aux idées nouvelles, et qui soit en capacité de s'inspirer de ces travaux pour expérimenter des solutions pédagogiques innovantes dans sa pratique.

 

Annexe: 

 

Les pratiques pédagogiques de l'enseignant en éducation prioritaire (extrait du référentiel de l'éducation prioritaire, 2014) :

 

Un enseignement structuré et progressif :

 

« Un enseignement structuré de la langue orale est mis en place dès l’école maternelle. »

 

« L’enseignement est progressif et continu ; la vérification de la compréhension de tous les élèves est régulière. »

 

Un enseignement explicite des tâches, des stratégies et des finalités :

 

« Les objectifs du travail proposé aux élèves sont systématiquement explicités avec eux. »

 

« Les procédures efficaces pour apprendre sont explicitées et enseignées aux élèves à tous les niveaux de la scolarité. La pédagogie est axée sur la maîtrise d’un savoir enseigné explicitement (l’élève sait avant de commencer une leçon ce qu’il a vocation à apprendre et il vérifie lui-même après la leçon qu’il a retenu ce qu’il fallait). »

 

« Dans les différentes matières, le travail en groupe des élèves est organisé dans des groupes hétérogènes pour favoriser les confrontations des démarches intellectuelles ».

 

«  Les élèves sont confrontés aux dimensions culturelles et historiques des savoirs enseignés pour les doter d’une culture qui leur donne des références indispensables pour situer les savoirs. »

 

Un enseignement qui repose sur un entraînement régulier :

 

« Au CP, les élèves sont régulièrement en situation de production écrite. »

 

« Les mathématiques font l’objet d’un travail soutenu pour permettre le réinvestissement des compétences et des connaissances mathématiques en situation de résolution de problème. »

 

Des attentes exigeantes et une évaluation bienveillante :

 

« L’évaluation des élèves, conduite avec bienveillance, repose sur des objectifs exigeants. Des modes d’évaluation valorisant l’investissement, le travail et les progrès des élèves sont mis en œuvre à tous les niveaux et dans toutes les classes. » 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Partagez votre site

Site Internet Socio-philo

 

Animé par Irène Pereira

 

PESPE en philosophie

ESPE de l'Université de Paris-EST

 

Docteure HDR en sociologie

 

Chercheuse associée au laboratoire

Lettres, Idées, Savoirs (LIS)

Université de Créteil.

 

Chercheuse associée 

au laboratoire Dynamiques européennes

(Université de Strasbourg)

 

Qualifiée professeur des Universités en sociologie (19)

 

Qualifiée MCF en philosophie (17), science politique (04) et sociologie (19).