Style éducatif des familles et réussite scolaire

 

 

Le style éducatif des familles est un des facteurs qui influe sur la trajectoire scolaire des élèves.

 

1- Style éducatif des familles et rapport à l'école des parents.

 

Le style éducatif des parents va être lié, entre autre, à leur rapport à l'école et à leur position sociale professionnelle.

 

Il est possible de distinguer deux styles éducatifs en fonction de la position professionnelle des parents : exécutants ou cadres. Les qualités professionnelles sont projetées sur la réussite scolaire.

 

- Le style éducatif « taylorien » : ce qui est valorisé c'est la capacité à obéir à l'enseignant comme l'ouvrier obéit au contre-maître.

 

- Le style éducatif « nouvel esprit du capitalisme » : ce qui est valorisé, ce sont les qualités qui sont nécessaires à être un cadre dans le nouvel esprit du capitalisme : autonomie dans le travail, sens de l'initiative, capacité à travailler en groupe, créativité…

 

Les familles des classes populaires restent marquées négativement par leurs propres trajectoires : a) réparer leur propre enfance b) leur rapport à l'école.

 

- « Réparer sa propre enfance »  (les parents): l'enfance a pu être vécue sous l'angle du manque et de la privation. L'âge adulte peut être vécu également sous l'angle de la restriction. Les parents peuvent avoir alors comme priorité que les enfants vivent une enfance heureuse qui n'est pas marquée par la privation avec un accès aux produits de consommation : vêtements de marque, jouets, jeux videos et appareils hight-tech… Comme l'âge adulte est anticipé comme difficile, l'enfance doit être préservée comme un moment privilégié.

 

La difficulté tient au fait que ce rapport à l'école n'est pas celui qui favorise la réussite scolaire. De fait, des parents qui ont été en échec scolaire ont un rapport ambivalent à l'école. L'école est marquée d'espoirs d'ascension sociale, mais c'est également un espace de violence sociale, aux règles du jeu peu compréhensibles.

 

Les parents transmettent à leurs enfants ce double rapport marqué par des malentendus sur les attendus de l'école dans la réussite scolaire. Par exemple, les parents peuvent ne pas avoir compris le passage d'une école de la « restitution » à une école de la « compréhension » (Joshua).

 

- « Réparer sa propre scolarité » (les enseignants) : Mais ces malentendus peuvent exister également parmi des enseignants qui ont eu eux-mêmes un parcours scolaire difficile. Leurs souvenir reste marqué par les relations avec les enseignants. Dans ce cas, la première qualité valorisée peut être centrée sur la relation avec les élèves. Cela d'autant plus que ces enseignants peuvent se sentir en difficultés sur la maîtrise des contenus disciplinaires (dans l'élémentaire).

 

Cette attitude peut être l'objet de difficultés de gestion de classe. L'enseignant novice adopte une attitude centrée sur une relation qu'il pense être « bienveillante » avec les élèves alors qu'il se trouve face à des élèves que leurs parents n'ont pas préparés à devenir élèves du fait de leur propre rapport à l'école considéré comme un lieu de violence sociale. Ces parents n'ont pas souhaité anticiper dans l'éducation de leurs enfants, ce qu'ils perçoivent comme une violence scolaire.

 

2- Contrôle éducatif familiale et colonisation de l'éducation familiale par la forme scolaire

 

 

Nombre de familles, que ce soit dans les milieux populaires ou dans les classes moyennes, adoptent un style éducatif marqué par l'adaptation à la forme scolaire. L'exigence de réussite scolaire marque fortement l'éducation des enfants.

 

Les heures de coucher et de lever : les heures de couché et de levé des enfants vont être déterminés en fonction des exigences de la forme scolaire. L'enfant ne doit pas se coucher trop tard parce que le lendemain, il y a école.

 

Le temps de loisir : le temps libre va être structuré en mettant une priorité sur les devoirs. En dehors des devoirs, on assiste à une pédagogisation du temps de loisir. Chaque occasion du temps libre est considéré comme un moment qui doit être mis à profit pour les apprentissages. Les jeux (éducatifs) et les activités sportives sont vues dans cette perspective.

 

Le discours des familles : le discours parental va être émaillé de remarques, plus ou moins explicitement rattachées à l'école, qui participent de la construction d'un devenir élève.

 

De manière générale, le temps familial apparaît de plus en plus colonisé par les impératifs de la forme scolaire du fait de la scolarisation de la société.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Partagez votre site

Site Internet Socio-philo

 

Animé par Irène Pereira

 

PESPE en philosophie

ESPE de l'Université de Paris-EST

 

Docteure HDR en sociologie

 

Chercheuse associée au laboratoire

Lettres, Idées, Savoirs (LIS)

Université de Créteil.

 

Chercheuse associée 

au laboratoire Dynamiques européennes

(Université de Strasbourg)

 

Qualifiée professeur des Universités en sociologie (19)

 

Qualifiée MCF en philosophie (17), science politique (04) et sociologie (19).