Les stratégies de résistance à la norme scolaire



Introduction :


La forme scolaire (programme, rythme, niveau de classe, notes...) impose des contraintes aux enseignants et aux élèves. Face à ces contraintes, les enseignants comme les élèves réagissent en développant un curriculum caché. Ce curriculum peut aller chez certains élèves jusqu'à des pratiques anti-scolaire : chahut anomique, décrochage scolaire… Ces pratiques peuvent être interprétées comme une réaction au sentiment d'aliénation de soi par le cadre scolaire.

La micro-sociologie de l'institution scolaire (Lapassade), entre autres, a analysé ces formes de micro-résistances. Il existe par ailleurs toute une littérature philosophique et sociologique des micro-résistances hors du cadre scolaire : Guattari, De Certeau, James Scott….Celles-ci se développent en particulier dans les systèmes disciplinaires et autoritaires.

Néanmoins, il est possible de se demander si l'enseignant ne peut pas aider ses élèves à développer un rapport au savoir qui leur permet de résister à l'aliénation de leur rapport au savoir par la norme scolaire .

Cette aliénation scolaire est subit par tous les élèves. Elle empêche les « bons élèves » de développer des compétences de haut niveau : esprit critique et créativité. En effet, la demande scolaire en reste, le plus souvent : tout au plus à « appliquer » et à « analyser/synthétiser ». Mais c'est plus encore les élèves des classes populaires et leurs familles qui restent aliénés dans la norme scolaire. Il s'agit d'écouter sagement l'enseignant, de copier et de recopier, d'apprendre par coeur, de travailler pour avoir de bonnes notes garantes plus tard de l'accès à un bon métier. Sauf que l'école ne peut prétendre au vue du chômage de masse fournir un travail et à fortiori « un bon métier » à tout le monde...

Lutter contre l'aliénation du rapport au savoir dans la forme scolaire, c'est développer de manière générale les capacités de résistance à la soumission à l'autorité et au conformisme de groupe. C'est lutter pour que les individus développent les capacités de résistance aux normes sociales dominantes liées à la compétition sociale, aux normes de genre, à la société de consommation...

L'enseignant peut user des marges de liberté que lui laisse le cadre scolaire pour mettre en place une pédagogie de la résistance à la norme scolaire et de développement de l'empowerment intellectuel des élèves.

Il est donc possible de proposer un « répertoire » (Tilly) des pratiques de résistance à la norme scolaire.


- Les tactiques de « cadrage » : Rapport au savoir, motivation intrinsèque et sens du savoir


L'enseignant peut après avoir aidé les élèves à expliciter leur rapport au savoir, leur proposer d'autres « cadrage » du rapport au savoir et à l'école :


- « Je suis à l'école pour avoir de bonnes notes et un bon métier plus tard ».


Autre cadrage possible: les élèves qui réussissent le mieux à l'école ne sont pas ceux qui veulent juste avoir des bonnes notes, mais surtout ceux qui apprennent parce que cela les intéressent.


- « Ce que l'on apprend à l'école n'est pas intéressant. Cela ne sert pas dans la vie ».


Autre cadrage possible : «  Ce que l'on apprend à l'école, cela peut me permettre de mieux comprendre le monde dans lequel je vis : Pourquoi il y a des riches et des pauvres ? Pourquoi il y a du racisme ?


- « On m'oblige à apprendre des choses qui m’intéressent pas ».


Autre cadrage possible : « « Tu peux te demander : « qu'est-ce qu'est ce que je peux trouver de personnellement intéressant dans ce que l'on va m'apprendre ? » »


Les stratégies d'apprentissage :


L'enseignant met pour cela un "haut parleur sur sa pensée" (modelage) pour aider les élèves à comprendre le processus d'activité mentale qu'il est possible de mettre en place. 


- Les stratégies d'écoute active d'un cours :


« Lorsque j'écoute un cours :

- je commence par relier les information du cours avec des connaissances que j'ai déjà en mémoire.

- je hiérarchise les informations : je distingue les informations les plus importantes et les moins importantes.

- j'imagine des objections que je pourrai faire à l'enseignant.

- j'essaie de faire des inférences créatives : à partir de ce qui dit l'enseignant, j'essaie de faire des raisonnement qui vont plus loin que le cours.


- Les stratégies de participation orale :


- je formule des objections à l'enseignant

- je vérifie auprès de lui les inférences que j'ai fais à partir de ce qu'il a dit

- j'essaie de poser des questions d'approfondissement

- je pose des questions qui correspondent à mes buts de maîtrise : qu'est-ce que je désire apprendre sur le sujet qu'aborde l'enseignant ?


- Les stratégies de lecture active :

http://www.pedagonet.com/other/lecture3.html


Les stratégies d'apprentissage dynamique :

- L'enseignant propose aux élèves de réaliser des cartes conceptuelles, des tableaux, des schémas

- L'enseignant apprend aux élèves à apprendre le cours comme s'ils expliquaient à une autre personne

- L'enseignant apprend à l'élève à procéder à l'apprentissage par vague : en commençant par le plan, en diagnostiquant ce qu'il sait déjà et ce qu'il ne sait pas encore...

URL :

https://fr.wikibooks.org/wiki/Psychologie_cognitive_pour_l%27enseignant/Strat%C3%A9gies_d%27%C3%A9laboration


- Les stratégies de recherche personnelle :


- l'enseignant incite les élèves à approfondir le cours par des lectures personnelles

- l'enseignant propose aux élèves des travaux de recherche personnel

- l'enseignant donne la possibilité aux élèves de parler de leur centre d'intérêt en classe et les aide à aller plus loin dans la réflexion sur ceux-ci


- Les stratégies d'auto-régulation :

https://rfp.revues.org/1388#tocto1n1



La formation à l'esprit critique :


- L'enseignant prend le temps de déconstruire les stéréotypes qui génèrent des discriminations :

racistes, sexistes, homophobes, validisme…


- L'enseignant prend le temps de faire de l'éducation aux médias : éducation à l'image, à la publicité, à Internet...


- L'enseignant prend le temps de discuter de l'actualité avec ses élèves.


- Les stratégies de créativité :


- L'enseignant propose des brainstorming aux élèves.


- L'enseignant propose aux élèves de réaliser des cartes heuristiques


- L'enseignant incite les élèves à aller au-delà des consignes tout en les respectant : qu'est-ce que je peux dire de personnel et d'original sur le sujet qui est proposé ?


- L'enseignant incite les élèves à mettre en lien des connaissances qui appartiennent à des disciplines différentes.


Conclusion : Une pédagogie de la résistance à la norme scolaire ne peut être développée que par un enseignant qui est suffisamment efficace et structuré dans son traitement du programme pour dégager du temps pour aller au-delà de ce qui lui demande l'institution scolaire.

Cela signifie que dans son traitement du programme, l'enseignant ne doit pas se concentrer sur la quantité des informations, mais sur la qualité de la structuration logique des connaissances. 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Partagez votre site

Site Internet Socio-philo

 

Animé par Irène Pereira

 

PESPE en philosophie

ESPE de l'Université de Paris-EST

 

Docteure HDR en sociologie

 

Chercheuse associée au laboratoire

Lettres, Idées, Savoirs (LIS)

Université de Créteil.

 

Chercheuse associée 

au laboratoire Dynamiques européennes

(Université de Strasbourg)

 

Qualifiée professeur des Universités en sociologie (19)

 

Qualifiée MCF en philosophie (17), science politique (04) et sociologie (19).