L'enseignement comme encapacitation



L'enseignement peut être vu comme un processus d'encapacitation (empowerment). Il s'agit d'aider les élèves à augmenter leur pouvoir d'agir. Cela suppose que l'enseignant se comporte comme un entraîneur et qu'il connaisse les stratégies expertes. Il s'agit en particulier d'expliciter des stratégies d'apprentissage que certains élèves acquièrent sans l'aide de l'enseignant, mais qui échappent à beaucoup d'autres.


1- L'accumulation de capital culturel


L'empowerment des élèves des milieux populaires suppose qu'ils puissent accumuler du capital culturel savant de manière à compenser l'inégalité de capital culturel légitime détenu par leurs familles.


Mais cette compensation ne peut avoir lieu uniquement à l'école. En effet, les familles des milieux favorisés procèdent à une pédagogisation du temps de loisir.


Face à cela, les élèves des classes populaires doivent compenser en procédant eux-même à un travail systématique d'acquisition du capital culturel : par la lecture et de manière générale dans la pratique de leurs loisirs.


Cela suppose que l'enseignant mette en lumière l'importance de l'accumulation de capital culturel légitime et qu'il incite les élèves à effectuer ce travail en dehors de l'école. Le fait d'accompagner les élèves au CDI pour leur faire emprunter des livres est une des pratiques pédagogiques qui vont dans ce sens.


2- L'acquisition de compétences expertes


L'acquisition de compétences expertes ne peut pas passer par un simple « apprendre à apprendre ». En effet, ces stratégies sont indissociables de l'accumulation d'un capital de connaissances. En effet, des expériences de psychologie cognitive ont montré que les meilleurs compreneurs d'un texte sur le base ball ne sont pas les meilleurs déchiffreurs, mais ceux qui possèdent le plus de connaissances sur ce sport.


De ce fait, l'enseignant peut former les élèves selon leur niveau:

- aux stratégies d'auto-régulation (pour aider la motivation)

- aux stratégies d'organisation du temps de travail

- à l'apprentissage stratégique de la lecture (http://www.pedagonet.com/other/lecture3.html).

- aux stratégies d'écoute active d'un cours

- aux méthodes de prise de note

- aux stratégies de résolution de problème

- aux stratégies de mémorisation et d'apprentissage dynamique

- aux stratégies d'argumentation

- aux stratégies de communication

- aux méthodes de créativité


Ces méthodes et ces stratégies ne font pas l'objet la plupart du temps d'un enseignement explicite en classe. Il ne s'agit pas de consacrer des cours spécifiques à ces méthodes, mais plus exactement d'avoir un enseignement métacognitif de ces compétences durant les enseignements disciplinaires.


Mais cela suppose que les enseignants maîtrisent eux-mêmes ces stratégies d'apprentissage et soient capable de les enseigner.


3- L'écoute active d'un cours 


Les formations orientent les enseignants sur les méthodes actives plutôt que magistrales. Or dans la réalité, la plupart des enseignants pratiquent le cours magistrale dialogué. Pour que les apprenants deviennent actifs, il ne s'agit pas avant tout de les mettre dans un dispositif de mise en activité que de les former à l'activité mentale. En effet, si les élèves sont actifs (démarches inductives, manipulation, expérimentation…), mais qu'ils ne comprennent pas le type d'activité mentale qui est demandé, cela ne sert à rien. Il faut donc expliciter l'activité mentale invisible que requiert les apprentissages.


Il serait donc pertinent de former les étudiants et les élèves à l'écoute active d'un cours :

- Mémorisation/Compréhension :

a) faire le lien avec ses connaissances antérieures

b) organiser l'information et la hiérarchisée

c) faire des liens avec des informations contenues dans la mémoire à long terme

d) dégager les enjeux du discours

- Compétence de haut niveau :

e) effectuer des inférences qui vont au-delà du cours

f) formuler des objections

- Participation :

g) poser des questions visant à vérifier les inférences

h) poser des questions visant à tester les objections

- Ecouter le cours en fonction d'un projet au-delà du cours:

i) recherche intellectuelle personnelle

j) projet personnel d'élaboration systémique de ses connaissances. 


Une méthode peut consister à noter au fur ou à mesure les questions que l'on pourrait poser à l'intervenant sur le sujet. Une fois chez soi, il est possible de reprendre ces questions et d'approfondir le cours en cherchant les réponses.

 

Conclusion:

 

L'enseignement comme encapacitation suppose que l'enseignant joue un rôle de motivateur et d'entraîneur à des stratégies d'apprentissage experte. Cela suppose en particulier qu'il explicite le rapport au savoir qui favorise l'engagement dans la tâche.


Annexe 1 :


Que ce soit le cas de l'enseignement comme engagement militant ou d'apprendre à résister à la norme scolaire, il s'agit dans les deux cas d'un processus d'empowerment.

En effet, lorsque l'enseignement est analysé comme un engagement militant, il s'agit d'aider les élèves des milieux populaires à se doter des outils et des armes critiques.

Lorsqu'il s'agit d'apprendre à résister à la norme scolaire, il s'agit cette fois de ne pas intérioriser la passivité que peut produire le curriculum caché de l'école.  

 

Annexe 2: Entraînement et ascèse:

 

Dans la philosophie stoïcienne de l'Antiquité, le philosophe stoïcien conçoit ses écrits comme des manuels qui visent à aider le prétendant à la philosophie stoicienne à pratiquer une ascèse (entraînement) qui lui permet d'acquérir la force d'âme nécessaire à la posture stoicienne:

 

 

"Veux-tu vaincre aux Jeux Olympiques ? Moi aussi, par tous les dieux ! car c'est une belle chose. Mais examine bien les tenants et les aboutissants et alors seulement mets-toi à l'oeuvre. Il faut t'astreindre à une discipline, à un régime, t'abstenir de friandises, te soumettre à des exercices, à heure fixe, par la chaleur et par le froid, ne pas boire d'eau froide, ni de vin à ta fantaisie, bref, t'abandonner à ton entraîneur comme à un médecin. Au moment des épreuves il faudra te frotter de poussière ; il peut aussi t'arriver d'avoir le bras démis, le pied tordu, d'avaler beaucoup de poussière, parfois même de recevoir le fouet, et après tout cela, d'être vaincu.

Après avoir tout envisagé, si tu es encore décidé, travaille à devenir athlète. Sinon tu feras comme les enfants qui changent constamment, jouent tantôt au lutteur, tantôt au gladiateur, puis sonnent de la trompette, puis jouent la tragédie. Et toi aussi, tour à tour athlète, gladiateur, orateur, philosophe, tu ne mets ton âme en rien. Comme un singe, tu imites tout ce que tu vois et chaque chose successivement te plaît. C'est que tu t'es engagé sans réfléchir, tu n'as pas fait le tour de la question, mais tu vas au hasard, sans ardeur dans ton choix."

 

ÉPICTÈTE 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Partagez votre site

Site Internet Socio-philo

 

Animé par Irène Pereira

 

PESPE en philosophie

ESPE de l'Université de Paris-EST

 

Docteure HDR en sociologie

 

Chercheuse associée au laboratoire

Lettres, Idées, Savoirs (LIS)

Université de Créteil.

 

Chercheuse associée 

au laboratoire Dynamiques européennes

(Université de Strasbourg)

 

Qualifiée professeur des Universités en sociologie (19)

 

Qualifiée MCF en philosophie (17), science politique (04) et sociologie (19).